Écouter de la chaleur.

jelly

« Voyons à matin! »

Expression qui fait sourire à tous coups mon petit homme qui fête ses 4 ans aujourd’hui lors des matins pressés. Savez, ceux où la boucle du siège d’auto reste coincée? Qu’une mitaine manque à l’appel ou qu’on a oublié d’intégrer le déneigement de l’auto dans notre déjà très serré horaire matinal? Ces matins-là.

En apprenant le départ d’un de mes chanteurs préférés, Gianmaria Testa, entre les entrefilets et témoignages liés à 2 décès d’hommes de grande importance dans notre paysage culturel et politique, c’est ce que je me suis dit: Voyons à matin?!

Il y a de ces périodes de grands départs. Peut-être serait-il plus juste de dire, il y a de ces grandes périodes de départs.

On s’entend, aucun départ n’est plus heureux qu’un autre.

Certains sont plus tragiques, plus inattendus. D’autres sont espérés comme une délivrance suite à une période de grande souffrance.

Plusieurs sont entourés d’injustice, donnant tout son sens funeste à l’expression; « Être au mauvais endroit au mauvais moment ».

C’est juste moi où ces pertes nous touchent plus qu’avant? Est-ce la rapidité de ce début du siècle à diffuser la -mauvaise- nouvelle? Étant véhiculée à tous vents, elle devient alors impossible à ignorer puisque présente sur toutes les plateformes.

Peut-être est-ce l’âge aussi qui rend mon regard différent sur la chose…

Je ne sais.  Ces départs sont étudiés, dépouillés, commentés, donnant l’impression d’une communion, d’un partage de la peine. Même quand on ne fait pas partie de l’entourage immédiat des endeuillés.

Les départs diffusés chaque jour, à grands renforts de témoignages sentis et de portraits m’habitent et me troublent. Sans doute est-ce l’accumulation.

Ce matin, j’ai besoin de chaleur. Le soleil est là mais ne me réchauffe pas tant.

Gianmaria, aide-moi.

Je vais de ce pas faire jouer ton disque Montgolfières et l’écouter les yeux fermés. Ce disque qui m’a fait te connaitre à 20 ans. Coup de coeur instantané pour ta voix chaude, riche et enveloppante. Je ne parle pas ta langue mais j’ai tout saisi à travers tes airs et tes élans qui ont accompagné plusieurs moments phares de ma vingtaine. L’écouter pour retrouver un peu de ce temps perdu. Comme pour le figer un moment et empêcher sa fuite.

J’ai un peu de peine. Toutes ces peines mises bout à bout sans doute. Celles qui ne m’appartiennent pas mais résonnent tout de même en moi.

Voyons à matin? Qu’est-ce qui se passe?

Il se passe que j’ai une commande de gâteau vanille-crémage bleu-avec-des-jelly-beans dessus pour mon amour qui a 4 ans.

Il se passe qu’après m’être réchauffée au bois de l’Italie, je vais filer continuer vivre ma vie et apprécier celle de ceux qui sont là, autour.

 

Publicités

Une réflexion sur “Écouter de la chaleur.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s