Fait d’hiver

Février vous fait frissonner? Vous trouvez qu’il fait frisquet? Le courant d’air derrière l’oreille vous fait le lobe rougeaud et le cou verglacé? Peut-être êtes-vous plutôt du genre frigorifiée, la dent claquante et la menotte de trois couleurs (bleu-blanc-rouge), celles du drapeau de l’Engelure?

Habillez-vous, que diable! Non mais, ça suffit la plainte du frette. Notre nordique province est chaque année gâtée de flocons et autres sous-zéro nous «freezant» la bouche. Il fait froid dans notre pays, habillez-vous!

Oui, je sais, toutes les excuses sont bonnes pour ne pas se couvrir ni se chausser correctement. Quand ce n’est pas le brushing, c’est le bas du pantalon qui se trouve froissé, quand ce n’est pas le look astronaute du manteau, c’est la loi anti-fourrure qui prime. On les a toutes entendues: «Le pompon n’est pas tendance cette année… Le duvet n’est pas dans ma palette… J’ai une intolérance à la laine de mes mitaines…» N’importe quoi.

Des coiffes, il y en a pour toutes les têtes. Pour la coquette qui soigne sa bouclette comme pour la tondue. Idem pour les bottes pour votre pied mariton, Madeleine. Des doudounes légères comme une crème fouettée à l’érable, ne me dites pas que c’est humainement possible de résister à ça! Et que dire des collants? De laine torsadée de toutes les couleurs, je pousse parfois l’audace jusqu’à en porter sous mes jeans les jours de très grand froid. La Sorel montante avec son col de poil a la cote dans mon vestibule. Exit les pieds mouillés de les avoir fourrés dans une flaque de soupe grise en bottes pas doublées.

Qu’on se comprenne bien. Je ne dis pas que c’est toujours jojo, l’hiver. Ce que je dis, c’est que si le froid est votre ennemi, réagissez! Je n’ai aucune pitié pour vous, frigorifiés badauds qui attendez l’autobus telles des sardines debout dans le congélateur; tête nue, espadrilles, foulard même pas noué, parure de cou ainsi inutile. Les deux pieds plantés dans le sorbet gris salé au calcium, le nez enfoui dans le col de votre manteau de cuir doublé en peau de rien, je me ris un peu de vous qui refusez d’admettre l’immuable. Et vous aurez beau me donner de la raison coquette par-ci ou du «pas de budget» par-là, il y a moyen de s’habiller chaudement sans se ruiner. En plus de ça, en un hiver, votre investissement est rentabilisé! C’est-ti pas beau, ça?

Chaussez-vous chaudement, couvrez-vous et vous verrez, l’hiver vous les gèlera moins. Tiens tiens, voilà un excellent exercice de diction… Coquette en hiver? C’est hautement possible, ma chère! Comme mon oncle Paul, vous aurez envie d’entonner en choeur:

Ah dis-moi donc comme t’as un beau casque,
j’aimerais ben ça l’avoir!
Y’est garni en poil de vache,
y doit être chaud pour l’hiver!

Scusez-là. Pis envoyez dehors!

Texte publié dans le Coup de Pouce de février 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s